Selon le nutritionniste Hugo Blanc, les Français souhaitent adopter un mode de vie plus sain !

Alors que la vaccination anti-Covid se poursuit et que l’Europe se prépare de nouveau à s’ouvrir à la vie, l’heure est à l’état des lieux. Cela fait déjà plus d’un an que nous sommes confrontés à l’une des pires crises sanitaires de notre temps. Faisant des milliers de victimes un peu partout sur la planète, le COVID-19 a particulièrement affecté les pays européens comme la France, induisant des changements radicaux dans les habitudes quotidiennes. Cette crise nous aura conduit à observer de façon plus stricte certaines mesures d’hygiène comme le lavage des mains et l’hygiène de la toux qui étaient presque banals autrefois. Les divers confinements, le port de masque et la distanciation sociale font également partie des mesures de gestion de crise imposées par les autorités sanitaires.

Mais au-delà de ces mesures qui entrent dans le cadre des gestes barrières, la crise sanitaire engendrée par le COVID-19 semble également avoir eu un impact beaucoup plus bénéfique sur le mode de vie des Français. C’est du moins ce qu’indiquent les résultats d’une enquête récemment publiée par Sagessesante.fr, un site internet spécialisé en nutrition et en bien-être. Décryptage !

Qui est Hugo Blanc de Sagesse Santé ?

Hugo Blanc est un diététicien et coach en nutrition Français. Il a étudié à l’Université Claude Bernard avant de poursuivre son cursus et de se diplômer d’un master en Psychologie (spécialisation régimes alimentaires) de la Bircham International University. Il est également formé en nutrition orthomoléculaire.

Durant près de 4 ans il a exercé en libéral à Lyon mais selon l’information publiée sur son site, www.sagessesante.fr, il ne propose plus de RDV.

Hugo Blanc a publié des ouvrages sur le bien-être et l’activité physique mais il principalement connu pour ces livres sur la nutrition, ainsi que pour son site internet.

Le site d’Hugo Blanc, est une mine d’information sur la nutrition et le bien-être en général. Aucun autre diététicien ou nutritionniste n’offre à ses lecteurs et clients un site aussi complet. Certes il existe des magazines publiant des articles sur des sujets similaires mais, lorsqu’il s’agit de santé, il est préférable d’écouter les professionnels de santé plutôt que de simples journalistes.

Le livre Bible Minceur, que Hugo Banc m’a fait parvenir, est très intéressant. Selon moi, les problématiques de poids sont multifactorielles et par conséquent le livre n’est pas une solution miracle.  Cependant les avis sur le livre La Bible Minceur sont positifs. Pour les personnes dont l’alimentation est le (ou l’un des principaux) facteurs, les conseils distillés dans le livre semblent être d’une grande aide.

Présentation faite de l’auteur de l’enquête, voyons ce qu’il en ressort

L’enquête – Des résultats pour le moins parlants

Comme on pouvait logiquement s’y attendre suite au confinement, les français ont pris du poids.

Plus de la moitié des participants (55%) à cette enquête ont indiqué avoir pris en moyenne 6,05 kilos de poids pendant la pandémie. Cela s’explique entre autres par le fait que les différentes vagues de confinement ont empêché la plupart des Français de maintenir leurs habitudes sportives quotidiennes. Par ailleurs, la sédentarisation a favorisé chez beaucoup des excès de consommation alimentaire.

Cela dit, les français ont également redécouvert durant cette période les bienfaits d’une alimentation saine ; notamment le rôle crucial que peut jouer ce facteur dans la capacité de l’organisme à résister à une infection comme le Covid-19 le cas échéant. Ce sont en effet 61% des participants à cette enquête qui ont indiqué avoir connaissance du lien entre surpoids/obésité et formes graves de Covid-19. Les razzias observées au niveau des supermarchés ont amené de très nombreuses personnes à se diriger vers les circuits courts pour s’approvisionner en produits frais. Une situation déplorée par beaucoup au début, mais dont les conséquences ont été extrêmement bénéfiques puisque les français ont redécouvert les joies du “fait maison”. Limitant au passage les risques et l’amplitude du surpoids découlant de la consommation de produits transformés.

Vers un mode de vie et des habitudes alimentaires plus sains

Les français sont désormais plus à l’écoute de leur corps et soucieux de leur forme physique. La grande majorité des enquêtés (79%) ont d’ailleurs indiqué vouloir perdre en moyenne 9,23 kg après le confinement.

Par ailleurs, 73,35% des personnes enquêtées pensent que la nutrition est le facteur le plus déterminant pour une perte de poids efficace, devant l’activité physique (26,6% des avis).

Pour aller plus loin, les participants indiquent clairement vouloir adopter un mode de vie plus sain pour perdre du poids, notamment en cuisinant plutôt qu’en allant acheter des plats industriels (30,01%).

Ils déclarent aussi choisir dorénavant leurs repas suivant les qualités nutritionnelles (33,05%) et acheter plus souvent des aliments de proximité ou biologiques (19,57%). Le régime hypocalorique (8,49%) et la souscription à un programme amincissant payant arrivent en dernière position dans les solutions envisagées par les personnes enquêtées (3,15%). Et pour cause, l’efficacité des régimes amincissants commercialisés est un peu surfaite par la publicité agressive qui se fait autour.

En effet, on ne compte plus les études qui ont démontré que le maintien d’un poids de forme dépend davantage du contenu de l’alimentation. Dans cette perspective, ces régimes qui sont pour la plupart assez restrictifs ont certes des résultats à court terme, mais très difficiles à maintenir sur la durée. Or le sucre omniprésent dans toute l’industrie agroalimentaire a depuis de nombreuses années été identifié comme étant l’un des principaux vecteurs de surpoids et d’obésité.

Au-delà de tous ses impacts négatifs, la crise du Covid-19 s’est finalement révélée être un tremplin particulièrement utile vers l’adoption d’un mode de consommation plus sain.

De nouvelles résolutions louables en post-covid

Les Français ont redécouvert le plaisir du “self made” en matière de cuisine, et l’imposition des confinements destinés à réduire la propagation du COVID-19 n’y est pas pour grand-chose. Bien décidés à perdre du poids non pas par crainte du COVID-19, mais dans le cadre de l’adoption d’un mode de vie plus sain, et convaincus de l’impact déterminant d’une nutrition saine, ils ont bien l’intention de continuer à passer derrière les fourneaux même en “post-covid”.

Ils sont également enclins à pratiquer plus d’activités physiques, quoiqu’encore réticents à l’idée de faire du sport en extérieur. Ces nouvelles résolutions, si elles sont appliquées dans la durée, augurent d’une meilleure santé et d’une qualité de vie améliorée chez les Français dans les prochaines années.